Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Actualités

Hôpital de Condom : la question du cèdre n’est qu’un prétexte pour salir mon image et celle de l’établissement.

Crée le 26/12/2014
Suite aux propos du maire de Condom sur le projet de la nouvelle maison de retraite de l’hôpital, chacun doit savoir que la question du cèdre n’est qu’un prétexte pour salir mon image et celle de l’établissement. C’est forcément un crève cœur d’abattre cet arbre pour des raisons justifiées liées à la sécurité de tous, aux conditions du terrain classé en zone inondable et  à la réussite des travaux. Avec Mme la Directrice et celles et ceux qui le voudrons, nous nous engageons à financer personnellement la replantation d’un cèdre à l’issue des travaux.

Dans un souci de clarté, il convient de répondre sur quelques points de sa tribune calomnieuse.

Gérard Dubrac défenseur de la nature ? Non. Preuve en est son avis « réputé favorable » sur le permis de construire de la nouvelle maison de retraite. Comment peut-il se permettre de « sortir du bois » ou plutôt de son silence alors qu’il connait le contenu exact du projet depuis plusieurs mois et qu’à aucun moment il n’a émis la moindre réserve. La procédure d’instruction du permis a suivi son cheminement normalement. Il n’a revêtu l’habit de défenseur de la nature dans l’unique but de répéter ses contre-vérités et s’attaquer à sa principale adversaire.

Toute ressemblance avec une période électorale est tout sauf fortuite.

Gérard Dubrac défenseur de projets ambitieux ? Non. Concernant le projet de 120 lits route de Saint-Puy, il n’était que le fruit de l’imagination de l’équipe dirigeante dont il faisait partie. Ce dossier n’a été qu’un mirage car il n’a jamais bénéficié des autorisations des tutelles pour pouvoir réellement aboutir. Fier de son bateau ivre, le commandant du conseil d’administration qu’il était a alors engagé des frais élevés d’études et d’acquisition de terrains inappropriés et en partie en zone inondable pour un projet « insupportable financièrement et surdimensionné » d’après la Chambre régionale des Comptes dans son rapport. Ce rapport a été commandé dans l’unique but de comprendre l’incapacité des responsables pendant 15 ans (1995-2010) de ne pas faire aboutir un projet permettant d’en finir avec des conditions d’accueil indignes pour les résidents.

Avec la rénovation de l’EHPAD de la Ténarèze, lancée avec succès par la majorité municipale précédente, le bassin de vie de Condom possède une capacité d’accueil satisfaisante pour répondre à la demande de nos aînés qui bénéficient majoritairement du maintien à domicile.

Pour faire le lien avec le point suivant, je rappellerai que les résidents de la nouvelle maison de retraite prendront en charge dans leur prix de journée la dette contractée par Mr Dubrac, dette évaluée à 1,34 millions d’euros. Dans ce cas, il conviendrait de rester humble.

Gérard Dubrac défenseur des finances publiques ? Non plus. S’agissant du choix du groupement de construction, je reprendrai les termes d’un courrier de la directrice de l’établissement adressé à l’intéressé : « pour qui a l’habitude de pratiquer le code des marchés publics, une mise en concurrence permet d’identifier l’offre la « mieux disante » fondée sur des critères affichés et respectés par un jury, unique, face aux candidats : c’est ce qui a déterminé le choix de SPIE Batignolles ». Il faut savoir que ce choix a été effectué à l’unanimité des membres du conseil de surveillance.

Lorsque l'on est le premier représentant d'une commune disposant d'un tel outil comme le centre hospitalier de Condom, on se doit de le défendre, de le soutenir et non de l'affaiblir.

Les Condomois savent que cette querelle date désormais du passé. Les Condomois peuvent compter sur un hôpital renforcé, un hôpital soutenu à hauteur de 45% dans le financement de ce projet adapté et réaliste, pour assurer un accès de qualité à la santé et bientôt un accueil digne de ce nom à ses résidents. Présidente du Conseil de surveillance depuis juillet 2010 et élue nationale, les Condomois savent combien j’ai déployé toute mon énergie pour y parvenir.


Inscription à la newsletter