Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Actualités

Réunion Bilan annuel du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

Crée le 13/01/2015
Retrouvez ci-dessous l'intervention prononcée par Gisèle Biémouret lors de la réunion de bilan du plan contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale dans le Gers ce lundi 12 janvier.

Photo : réunion en novembre à Paris avec le Président de la République et François Chérèque, chargé du suivi du Plan, lors d'une rencontre avec les associations.

---
Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi tout d’abord de rappeler combien le Département du Gers est pleinement mobilisé en faveur de l’insertion des plus précaires et de la lutte contre toutes les formes d’exclusions. Le Conseil général, bientôt départemental, s’est affirmé comme la collectivité chef de file de l'action sociale et médico-sociale. L’ensemble de nos politiques sont tournées vers un enjeu : être un Gers solidaire.

Pour y parvenir, le Département peut s’appuyer sur un réseau de proximité par l’intermédiaire de ses Unités Territoriales, une présence humaine avec ses agents et donc une action quasi quotidienne aux quatre coins du Gers.

Les projets  portés par notre collectivité s'inscrivent dans le temps de l'action, du mouvement enclenché par le plan pauvreté.

La réforme territoriale, qui sera débattue prochainement, confirmera cet échelon et sanctuarisera son rôle joué dans l’ensemble des solidarités dont nos concitoyens les plus démunis ont besoin.

Adopté en janvier 2013, le plan national et quinquennal de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale a défini une démarche qui permet de dresser chaque un bilan de l’évolution de sa réalisation.

Représentante de l’assemblée nationale au Conseil National de Lutte contre les Exclusions, j’ai eu l’occasion le 18 décembre dernier d’entendre François Chérèque, chargé du suivi du plan, sur les actions mises en œuvre durant cette seconde année. Dans son rapport qui sera remis à la fin du mois, il porte un jugement globalement positif sur le suivi du plan. Les grandes mesures phares ont été engagées : 100.000 rendez-vous des droits, la garantie jeune est accélérée j’y reviendrai, les évolutions à l’accès aux soins, la réforme du financement par l’insertion économique… La stratégie nationale de santé sera présentée ce printemps. Principale ombre au tableau la question du logement où les objectifs ne semblent pas être atteins.
 
S’agissant des actions du Conseil Général, notre collectivité s’est donc positionnée sur trois actions ciblées :
-    Soutenir la mise en œuvre d'une intercommunalité sociale
-    Participer aux assises du travail social
-    Construire une plateforme de l'aide alimentaire et des solidarités actives

J’aborderai volontairement les deux points qui sont en lien direct avec notre action sur le territoire et son avenir.

S’agissant du soutien à la mise en place d'une intercommunalité sociale, cette question est clairement en lien avec mes propos d’introduction sur l’aspect territorial de la question. Il s'agit peut-être d'un vœu pieux mais la finalité de notre action commune ne pourra pas se passer d’une meilleure coordination des collectivités locales.

Nous savons que l’intercommunalité n’a pas atteint sa maturité : maturité en termes de dimension puisque le seuil minimum du nombre d’habitants n’est pas figé et peut être amené à 20.000 habitants, maturité en termes de prise de compétences tournées vers l’action sociale.

Nous sommes d’ores et déjà en appui sur plusieurs secteurs. Nous avons toujours pour projet de mettre en place des assises territoriales de l'action sociale rassemblant élus, associations, et les services, pour promouvoir l'action du département et œuvrer dans une démarche pédagogique plus lisible.
 
Concernant la plateforme départementale d’aide alimentaire et des solidarités, dossier j’ai la charge au Conseil général aux côtés de René Ortéga, Directeur de l’action sociale territoriale. Le temps de concertation avec l'ensemble des associations départementales est terminé. Il est ponctué par des rencontres régulières qui nous ont permis d’être à un stade bien avancé. L'ANSA accompagne un travail d'ingénierie de projet sur les trois domaines de mise en œuvre (budgétaire, logistique, accompagnement).

Aujourd'hui la phase critique se situera, après restitution du travail de l'ANSA,  dans la réelle capacité des partenaires à donner corps à leurs attentes, et les choix d'implantations.

En guise de conclusion, je rappellerai aussi que le Département a été sélectionné pour participer à l’expérimentation de la garantie jeune cette année. La garantie jeune figure parmi les 68 mesures du plan national. On s’aperçoit de l’immensité de la tâche qui est la nôtre mais je ne doute pas un instant de la volonté de chacun : services publics, collectivités, associations.

Je vous remercie.



Inscription à la newsletter