Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Actualités

Grippe aviaire : soutien du Conseil départemental aux éleveurs.

Crée le 29/01/2016
Réuni ce vendredi 29 janvier, les élus du Conseil départemental ont apporté leur soutien à la filière gras/palmipèdes du Gers en adoptant un voeu à l'unanimité.

Durant les prochaines semaines, Gisèle Biémouret portera toute son attention sur la mise en place des mesures décidées par le ministère de l'Agriculture en matière d'assainissement mais aussi d'aide aux éleveurs annoncées le 26 janvier.

Sur le même sujet : cf. article du http://giselebiemouret.fr/information?arg1=11&arg2=559


Retrouvez l'intégralité du voeu adopté ce matin :

Depuis plusieurs mois, la filière Gras connait une crise sanitaire sans précédent. La mise en place de zones de surveillances n’a pas suffi à éradiquer le virus. Face à l’ampleur de la propagation de l’influenza aviaire dans un nombre considérable d’élevages du grand sud‐ouest, le choix d’imposer un vide sanitaire est rapidement apparu comme la seule option possible, l’abattage systématique des canards s’avérant couteux et difficilement acceptable.

Pour toute la filière palmipède gras gersoise, cette décision d’une ampleur sans précédent, est un traumatisme qui aura pour conséquence d’interrompre purement et simplement la production de canard gras à partir de la mi‐avril dans tout notre département.

Le foie gras est l’une des principales richesses du département du Gers et il représente la seconde activité du secteur Agroalimentaire (après les céréales), avec 80 millions d’euros de chiffre d’affaires générés par 1800 producteurs.

Conscients que le Gers est face à l’une des pires crises agricoles de son histoire moderne, l’ensemble des élus du Conseil Départemental réunis en séance plénière :

- expriment leur solidarité à tous les agriculteurs touchés par cette crise, leurs familles mais aussi les centaines de salariés menacés par les mesures de chômage technique ;
- s'inquiètent des répercussions sur les autres acteurs de la filière : les accouveurs, les transformateurs, les abattoirs, les techniciens de conseils en élevage, les marchands d’aliments ;
- redoutent les conséquences de cette crise sanitaire sur l’économie touristique d’un département dont l’image reste étroitement associée à « son art de vivre », à sa gastronomie et à la consommation de produits authentiques et de qualité. Crise qui vient s’ajouter à celle des autres filières agricoles : végétales (céréaliers et producteurs de légumes en difficulté) et éleveurs.

Dans ces conditions, tout doit être mis en oeuvre pour éradiquer le virus et permettre à la filière palmipède gras de reprendre sa production dans les meilleures conditions possibles, économiquement et sanitairement, et le plus rapidement possible.

Le Conseil Départemental
- salue les premières mesures présentées par le Ministre de l’Agriculture qui permettent de concilier éradication du virus et défense des intérêts économiques de toute la filière, et reste vigilant sur les mesures complémentaires à venir ;
- marque son attachement à la reprise effective de la production dès le mois de mai ;
- demande qu’une attention particulière soit portée aux couvoirs sans lesquels aucune relance rapide de la production n’est envisageable ;
- appelle l’attention de l’Etat sur l’utilité d’autoriser la réintroduction de canards « prêt à gaver » en provenance de départements épargnés par le virus, en répondant à toutes les garanties sanitaires et règlementaires ;
- exprime sa vigilance quant à la compensation équitable et rapide de la perte de revenus supportée par les producteurs ;
- souhaite l’implication des organismes bancaires dans le processus de sauvegarde de la filière ;
- prend acte de l'annonce présentée par la Présidente de la Région d'un nouveau programme d'aides économiques commun aux Régions Midi‐Pyrénées/Languedoc‐Roussillon et Aquitaine en insistant sur la nécessité de soutenir par l’investissement le redémarrage de la filière.




Inscription à la newsletter