Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Actualités

Inauguration de la maison de retraite de l'hôpital de Condom.

Crée le 23/09/2016
Retrouvez l'intervention prononcée par Gisèle Biémouret - présidente du Conseil de surveillance de l'Hôpital de Condom.

---
Monsieur le Sous-préfet,
Monsieur le Sénateur,
Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le délégué territorial de l’Agence Régionale de Santé,
Madame la Directrice,
Mesdames et messieurs les administrateurs,
Mesdames et messieurs les résidents et parents et amis de l’EHPAD,
Mesdames et messieurs, chers amis.



Durant le mandat d’un élu local, en l’occurrence celui de conseillère départementale, il est rarement permis de savourer des instants comme la cérémonie qui nous réunit aujourd’hui.

En avant-propos, je souhaiterai relier deux évènements qui illustrent parfaitement la rentrée de septembre 2016 dans le Gers. Une rentrée sous le signe d’un département dynamique et solidaire.

En effet, il y a quelques semaines la première pierre du 22ème collège public était posée à L’Isle-Jourdain. Loin de moi l’idée d’opposer Condom à L’Isle-Jourdain, ou la Ténarèze à la Gascogne Toulousaine, mais plutôt de signifier combien au même titre que l’éducation, la santé, et sa déclinaison de la prise en charge du vieillissement, resteront parmi les réussites de l’actuel quinquennat.

Même si elle n’aborde pas directement l’aspect de l’accueil en établissement, la loi d’adaptation de la société au vieillissement demeurera comme une loi de progrès. Une loi de progrès avec en échos celle modernisant notre système de santé promulguée en ce début d’année et renforçant la notion du service public hospitalier.

Depuis le 1er juillet, la revalorisation de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie permet la réduction du reste à charge pour 3.800 bénéficiaires Gersois représentant près de 900.000€ injectés dans notre économie locale en année pleine et autant de pouvoir d’achat récupéré pour les bénéficiaires. La loi sur le vieillissement est un progrès car elle institue des mesures concrètes en faveur des proches aidants et renouvelle l’architecture institutionnelle de ce domaine.

La reconstruction de la maison de retraite de l’hôpital de Condom s’inscrit dans une période où la longévité est synonyme d’investissement social.

Si construire un collège est une marque de confiance dans l’avenir, je complèterai en ajoutant qu’inaugurer une maison de retraite est une marque de reconnaissance vis-à-vis de nos aînés.

Notre société parvient à se montrer digne en accompagnant et protégeant chacun de ses membres. Cette réalisation prouve que nous sommes capables d’affirmer ensemble une société du « care », c'est-à-dire du soin mutuel, du soin protecteur. Un soin prodigué par les personnels de l’EHPAD de l’hôpital avec implication et professionnalisme malgré des conditions matérielles très insuffisantes pendant de trop nombreuses années.

C’est pourquoi ce projet d’humanisation figurait parmi les priorités de mon action d’élue en faveur de ce territoire. Une priorité car il devenait urgent depuis de trop nombreuses années de réaliser une nouvelle structure pouvant accueillir les personnes dépendantes, les accueillir dans des conditions dignes et adaptées.

C’est le cas avec ce nouvel EHPAD de 60 lits – répartis définitivement dans des chambres individuelles – un EHPAD entièrement neuf doté d’un pôle technique et logistique. Un EHPAD moderne et fonctionnel dans lequel ce sont près de 45 agents qui voient leurs conditions de travail s’améliorer.

De manière générale, nous savons que les Français sont attentifs et plutôt fiers de leur système de santé. Désormais, les Condomois et plus largement les habitants de la Ténarèze peuvent être satisfaits de l’accueil réservé aux personnes âgées. Ce territoire offre désormais à sa population une structure conforme aux exigences actuelles.

C’est l’ensemble du département du Gers qui a accompli l’humanisation de l’ensemble des maisons de retraite grâce entre autres à la volonté du Conseil départemental qui en avait fait une priorité en soutenant chaque projet. A ce stade, j’excuserai l’absence du Président Philippe Martin, retenu par ailleurs, en transmettant son message sur l’implication significative du Département en retenant deux chiffres.

Entre 2000 et 2016, ce sont ainsi près de 11 millions d’euros d’aides à l’investissement qui ont été financées par le Conseil départemental. Cette aide a permis  aux 23 EHPAD gersois de se rénover dont récemment les deux implantés à Condom.

L’attribution de la subvention de 609 800€ du Département a permis de diminuer le montant annuel des intérêts d’emprunt soit une réduction totale de 3,50€ par jour du tarif d’hébergement au bénéfice de l’usager et de l’aide sociale. Nous sommes particulièrement vigilants à ce que les tarifs ne représentent pas un frein financier dans le contexte d’un département où le revenu moyen des retraités est faible.

Présidente de la Commission des affaires sociales du département, je sais que ce bilan n’est pas un point d’arrivée, mais bel et bien un point d’appui pour nous projeter, pour réfléchir aux nouvelles étapes.

Le Gers se trouve face à un défi de taille : la part du vieillissement de sa population.

Renforcé dans ses compétences dans le domaine de l’action sociale, le Département doit devenir ce chef de file réunissant les communautés de communes, les associations et l’ensemble des acteurs de la santé pour garantir un bien vieillir à toutes et à tous, quelque soit leur niveau de dépendance, quelque soit leur lieu de résidence, quelque soit leurs revenus.

Il nous revient d’être particulièrement attentifs à ces évolutions démographiques pour envisager le devenir des EHPAD en milieu rural. De la même manière, notre stratégie devra prendre en compte l’idée d’accentuer les coopérations entre les différents acteurs de la prise en charge des personnes âgées et surtout renforcer l’accueil temporaire. Je pense par exemple que cette stratégie de coopération amènera l’EHPAD du CHC à coopérer, à créer de nouvelles passerelles avec son vis-à-vis de la Ténarèze.

La semaine bleue, début octobre, donnera l’occasion de donner un coup de projecteur sur les diverses actions menées en faveurs des personnes âgées.

A mes yeux, inaugurer cette reconstruction n’est donc pas une fin en soi. Au-delà du contenu et des limites du nouveau GHT, il nous revient de nous projeter dans ce que sera ou devra être notre hôpital de Condom durant la prochaine décennie. Nous pouvons envisager l’avenir avec optimisme puisque Mme Cavalier m’a annoncé personnellement hier son accord pour l’obtention d’un scanner à Condom. Rendue officielle par un arrêté qui sera pris la semaine prochaine, c’est réellement une bonne nouvelle pour le CHC.

Permettez-moi d’associer plusieurs personnes parmi toutes celles qui ont permis à ce projet de voir enfin le jour :

-    Je commencerai par l’ensemble des membres des équipes de l’hôpital, si le rôle de votre ancien directeur Thierry Cardouat a été déterminant dans le bon cheminement de ce lourd dossier, il a vu son aboutissement avec succès sous la direction d’Anne Laverny. Au fil de l’avancement rien n’aurait été possible sans l’aide précieuse de Joëlle Lévèque.

-    Au-delà des relations parfois tumultueuses entretenues avec l’autorité de tutelle que représente l’ARS, je ne peux pas passer sous silence le rôle joué par Xavier Chastel, ancien directeur général de l’ARS Midi-Pyrénées, qui a su remettre le CHC sur les bons rails pour enfin se doter d’un EHPAD digne et moderne.

-    Sans oublier la contribution de Dominique Gilles, ancien Sous-préfet de Condom, au bon déroulement de l’instruction du dossier du point de vue des questions liées aux documents d’urbanisme.

Concernant l’aspect financier, il convient de remercier aussi les autorités de tutelle et la CNSA, pour leur participation financière. Cet engagement, dans un contexte difficile pour les finances publiques, souligne l’engagement de tous pour la solidarité en direction de nos ainés et plus généralement en faveur d’un service public de santé sur le bassin de santé de Condom.
   
Il convient également de rendre hommage aux équipes du Groupe de la SPIE Batignolles. Ils ont mené de main de maitre ce chantier débuté en novembre 2014 et s’achevant au mois de juin dernier. En moins de deux ans, un nouveau bâtiment a pu voir le jour sous le regard curieux et attentif des habitants.

Nous avons pu vérifier au fur et à mesure de son avancement la qualité du travail accompli, la qualité et aussi la convivialité il y a tout juste un an lors d’un « gigot bitume », célébrant une tradition dont je ne soupçonnai pas l’existence.

Le chantier n’est pas pour autant terminé puisqu’il reste à effectuer la démolition du bâtiment Joffre.

Datant de 1873, le bâtiment « Pasteur » laisse sa place à ce nouveau bâtiment qui laisse penser que le CHC s’accorde un départ durable dans le XXIème siècle. Comme recommandé, ce programme s’est inscrit dans une démarche de qualité environnementale et de développement durable.

Au-delà du clin d’œil aux débuts des travaux, baptiser ce bâtiment au nom du « cèdre » est un engagement sur la durée de notre part car le cèdre est une espèce très longévive, vivant en moyenne 1500 ans. Nous devrions nous inspirer de sa longévité due à une croissance très lente et à sa faculté de régénération. Bref, un résumé parfait pour décrire cette page de l’histoire de la nouvelle maison de retraite de l’hôpital de Condom.

Je vous remercie.



Inscription à la newsletter