Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers Mission d'évaluation de l’accès aux droits sociaux La dette des établissements publics de santé

Actualités

Séance du Conseil Départemental du 28 octobre.

Crée le 31/10/2016
Retrouvez ci-dessous les principales interventions de Gisèle Biémouret lors de la séance du Conseil départemental du vendredi 28 octobre.

Parmi les propositions budgétaires de ce rapport, je souhaiterai revenir spécifiquement sur l’Allocation Personnalisée d’Autonomie. Si elle en est une part financière importante, c’est parce qu’elle concerne, impacte d’une manière ou d’une autre de nombreux gersois et gersoises, ces derniers ayant une qualité de bénéficiaires, d’aidants naturels ou de professionnels intervenants à domicile. La loi d'Adaptation de la Société au Vieillissement réforme cette allocation uniquement pour le domicile.

Entrée en vigueur depuis le 1er juillet 2016, elle a été mise en place dans l’immédiateté dans le département du Gers.

Notre volonté politique d’anticipation couplée à la capacité de mobilisation et l’efficacité des personnels administratifs, médicaux et sociaux du service Handicap Dépendance de Madame Sandrine PORTAIL au sein de la Direction de la Solidarité ont permis une application de cette loi sans rupture de prise en charge, dans un accompagnement d’évolution des différents plans d’aides.

La loi propose une revalorisation des plafonds et baisse du reste à charge des bénéficiaires, elle améliore également les modalités d’évaluation.
 
 Cette revalorisation se traduit par une dégressivité de la participation du bénéficiaire en fonction des revenus et du montant du plan d’aide. Il convient de retenir pour un même GIR et avec des ressources identiques, le nombre d’heures possible est plus élevé avec une participation moindre des bénéficiaires.
 
Dans le Gers cette loi c’est :

-    Un impact financier est de 70.000,00 € (par mois soit 840.000,00 € sur une année pleine). Ce surcoût est compensé de manière intégrale et pérenne par la dotation complémentaire de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA).

-    Un courrier transmis par notre collectivité aux bénéficiaires dont la participation a fait l’objet d’une modification, ce qui représente environ 3.800 bénéficiaires.

-    C’est également des rencontres avec les professionnels concernés notamment les services d’aide à domicile afin d’échanger sur les effets de cette loi. A ce sujet il en ressort que le département du Gers fait figure de proue dans l’application de cette loi. Notre souhait d’une Politique Sociale ambitieuse et je le rappelle, l’investissement des services du conseil départemental n’y sont pas étrangers.


-    Sur le terrain, c’est des visites réalisées à domicile par un personnel médical (médecin ou infirmier), et un travailleur social dans le cadre du réexamen des plans d’aide. Les services de l’Action Gérontologique, qu’ils soient administratifs ou médicaux situés au sein du CD 32, ou sociaux se trouvant dans les Maisons de la Solidarité, peuvent dès à présent renseigner les personnes et leurs familles sur les évolutions de leur allocation.

---

Ce rapport concernant « l’évolution de l’organisation départementale de l’action sociale » est fondamental car depuis le 1er octobre la Direction de l’Action Sociale Territoriale a mis en place une nouvelle territorialité.

Ce changement ne se résume pas uniquement en la transformation des UTAS en « Maisons des Solidarités » et à la création d’un sixième secteur d’intervention à partir de Fleurance couvrant la Lomagne.

Le redéploiement mis en place renforce la proximité et l’accessibilité au public. Cette organisation engage l’ensemble des services de la Solidarité répartis sur le territoire avec 6 MDS, 8 Pôles et enfin 25 permanences soit 39 sites déployés dans tout le Gers. Parmi ces sites, nous renforçons les pôles d’accueil à Eauze, Mauvezin, Samatan et Masseube.

Il convient de rappeler que nos 170 agents présents sur le terrain reçoivent dans l’année près d’un Gersois sur dix venant solliciter notre aide, notre écoute, notre accompagnement. Nos agents répondent ainsi à l’impératif de solidarité qui fonde notre République sociale en permettant aux personnes les plus fragiles d’avoir un avenir, d’avoir des perspectives ou de vieillir dignement.

Cette organisation est vouée à s’inscrire dans la durée.

De plus, elle est le fruit d’une partie de la réflexion menée sous la forme d’ateliers participatifs avec les responsables de la Direction et les travailleurs sociaux. Je veux à ce titre saluer le travail fastidieux parfois compliqué (ce fut un peu la croix et la bannière, n’est-ce pas !?!) mais réussi par René ORTEGA et ses équipes.

Cette démarche s’inscrit parfaitement dans le contexte actuel :
-    Un contexte marqué par l’affirmation du Département dans son rôle de collectivité en pointe pour soutenir la cohésion sociale ;

-    Un contexte également marqué par l’affirmation des intercommunalités vis-à-vis desquelles nous avons pris en compte les contours et devenir de réels partenaires au quotidien ;

-    Un contexte dans lequel nous anticipons les objectifs du futur schéma d’accessibilité des services au public en préservant du lien social.

Cette démarche démontre la capacité de notre collectivité et de ses services à s’adapter à la réalité et aux besoins des Gersois.

---

Permettez-moi de développer quelques instants sur ce rapport lançant concrètement le projet « Gers Solidaire ».

Face aux inquiétudes liées à l’avenir dans nos territoires de l’aide alimentaire, l’idée est née d’unir sous la bannière « Gers Solidaire » celles et ceux souhaitant unir leurs forces et coordonner leurs actions. A l’image de ce qui se fait dans les Landes avec la plateforme du Marsan.

Depuis mars 2014, nous menons une réflexion départementale autour de l’aide alimentaire mais plus largement sur les solidarités actives avec les acteurs concernés.

Gers Solidaire est un projet innovant.

Il s’inscrit dans le cadre du plan pauvreté comme en avait attesté l’intérêt porté par Ségolène Neuville lors de sa visite en janvier.

Il associe un maximum des partenaires mobilisés, certes pas tous mais certainement ceux parmi les plus actifs, je pense à la Banque Alimentaire et à la Croix Rouge pour ne citer que les plus fidèles à ce cheminement.

Il s’accorde avec le principe d’une collectivité départementale qui soit à la manœuvre en termes de solidarités. Le Département se doit d’être partie prenante dans ces actions pour garantir une équité d’accès aux diverses aides.

Implanté à Auch, ce site départemental doit permettre de collecter et de traiter l’ensemble du stock de l’actuelle base de la Banque Alimentaire et de centraliser tout ses besoins de stockage.

L’extension du site permettra de réserver un usage à la Croix Rouge, proposer un espace d’accueil, des salles de réunions et d’activités, des bureaux, et remiser les fourgons de la croix rouge.

Sur les trois prochaines années 15 sites Gers Solidaires « Centre Bourgs » sont identifiés, afin d’offrir aux associations locales de meilleures conditions d’accueil des publics et de travail des bénévoles, et participer au déploiement départemental.

Nous sommes aujourd’hui aux prémices d’un projet innovant dont nous discuterons prochainement d’autres aspects plus juridiques et fonctionnels.



Inscription à la newsletter