Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers Mission d'évaluation de l’accès aux droits sociaux La dette des établissements publics de santé

Actualités

Cérémonie commémorative du 8 Mai 1945 à Condom.

Crée le 08/05/2017
Retrouvez le discours prononcé par Gisèle Biémouret.


Cérémonie Commémorative du 8 Mai 1945
Lundi 08 Mai 2017
- Condom -


Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Dans le contexte actuel, il est important de se rassembler afin de célébrer l’anniversaire de la signature de l’armistice du 8 Mai 1945.

Cette date est un rendez-vous de mémoire. Un rendez-vous d'espoir aussi où s'associent dans un même élan le souvenir des victimes d'un terrible conflit qui déchira l'Europe.

72 ans après, des rassemblements comme celui d'aujourd'hui doivent aussi nous permettre de rappeler quel fut l'enjeu de ce conflit.

Avec la seconde guerre mondiale, c'est l'univers des hommes libres qui a failli chavirer définitivement. La preuve que rien n’est jamais définitivement acquis : surtout pas la liberté, ni la démocratie.

En mai 1945, notre pays sort d'un gouffre. La France a connu là, l'une des pires épreuves de son histoire. Elle a été torturée dans sa chair et dans son esprit. Ayant perdu son sol, elle a failli perdre son honneur.

Et puis depuis le mois d’avril, certains commencent à peine à découvrir, devant les suppliciés de Buchenwald, devant ces fantômes surgis d'entre les morts, l'anéantissement qu'eut entraîné la domination du nazisme.

Mais beaucoup de Français ignorent encore l'ampleur du drame qui vient de frapper l'Europe. Ils ne mesurent pas le prix du courage payé par la Résistance. Ayons toujours une pensée fidèle pour tous ces combattants, ces victimes, ces suppliciés.

Les commémorations doivent permettre d’entretenir à la fois le souvenir dû à ceux à qui nous devons la liberté mais aussi éveiller notre vigilance pour que plus jamais nous ne revivions de tels drames. Car commémorer c’est aussi tirer des enseignements, bâtir l’avenir sur le socle d’un passé lucidement regardé.

Or que sait-on aujourd’hui ? On sait que les conflits naissent souvent de l’ignorance, du repli sur soi.

Notre espoir vient du fait que de ce terrible chaos sont nés deux acquis majeurs.

Du programme du Conseil National de la Résistance est né une France moderne, solidaire, une République sociale qui a été donnée en exemple de par le monde.

Le second acquis fut porté par les « Pères de l’Europe ». Il s’agit de la naissance au « Marché commun », ancêtre de notre Union européenne et au rapprochement des pays et des hommes.

Il est important de rappeler, en ce jour, que les grands pays européens ne se font plus la guerre depuis 72 ans, durée presque unique dans l’Histoire de ce continent, et que cette paix aurait été inimaginable sans ce nouveau contexte.

Rappelons-nous également cette idée qui dictait la conduite de ce symbole de la Résistance que fut Jean Moulin :
« chercher ce qui vous unit plutôt que ce qui vous divise ».

Il importe que dans un monde globalisé, incertain, inquiétant, cette Europe, née d’un conflit mondial, soit sauvegardée, renforcée pour continuer à assurer cette paix que nous devons à nos enfants en mémoire de tous ceux qui sont morts pour elle. Restons vigilants.

Vive la République, Vive la France !

Gisèle BIEMOURET
Députée du Gers
Vice-présidente du Conseil Départemental.





Inscription à la newsletter