Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers Mission d'évaluation de l’accès aux droits sociaux La dette des établissements publics de santé

Actualités

Budget 2018 : interventions sur la culture et l'audiovisuel.

Crée le 15/11/2017
Séance du mardi 14 novembre 2018.

Dans le cadre des discussions portant sur le budget 2018, Gisèle Biémouret s'est exprimée au nom du Groupe des députés Nouvelle Gauche sur les budgets de la culture et celui de l'audiovisuel public.

Regrettant d’abord l’absence d’effort particulier en faveur des territoires ruraux et de la France périphérique, la députée signala les limites de la mobilité dans les territoires ruraux pour un bon usage du Pass culture.

S’agissant du programme « Patrimoines », il est à craindre que les nouveaux projets, centralisés pour la plupart dans la région parisienne, ne viennent siphonner la grande majorité des crédits qui pourraient être attribués aux territoires (rappel de l’intervention en Commission élargie le 07 novembre sur le thème de la revitalisation des bourgs centres lien ici).

De même, votre volonté de cibler 200 bibliothèques pour en faire des maisons de service public culturel est une annonce séduisante, mais la France est loin d’avoir atteint un niveau de maillage satisfaisant en termes d’équipement. Presque 55 % des communes ne disposent d’aucune bibliothèque propre. En outre, on ne retrouve ni dans ce budget ni dans celui des collectivités territoriales les ressources pour renforcer le maillage territorial et diminuer les inégalités territoriales. 

Enfin, la priorité donnée à l’éducation artistique et culturelle pour permettre à tous les enfants d’accéder à la culture, ressemble étrangement à un autre dispositif remis en cause par la majorité : la réforme des rythmes scolaires.

Sur cette partie de la mission, le groupe Nouvelle Gauche a décidé de s’abstenir.


Quant au budget de l’audiovisuel public, les inquiétudes exprimées sont bien plus grandes suite à la décision de baisser de 36 millions d’euros par rapport au budget de 2017.

À ces inquiétudes budgétaires s’ajoute le plan de restructuration de l’audiovisuel public annoncé par un article paru ce mardi dans le quotidien le Monde, révélant le projet de regrouper France Télévisions, Radio France et les autres sociétés du secteur au sein d’une « holding » et de supprimer plusieurs chaînes, dont France Ô. Ce qui fait dire à la députée socialiste : « le maillon fort de l’audiovisuel public est en effet finalement et injustement le maillon faible de votre budget pour l’année 2018. »  La baisse des moyens de France Télévisions va à l'encontre de ce qui était inscrit dans le contrat d’objectifs et de moyens signé avec l’État en décembre 2016. Cette coupe sévère des moyens va fragiliser les offres du groupe, qui sont pourtant très appréciées du public, lequel est très attaché à un service de l’audiovisuel public de qualité, comme l’a montré un sondage récent.

Il faut y ajouter la question des aides à la presse pour l’année. Les crédits alloués aux aides à la presse baissent d’environ 8,5 millions d’euros en 2018.

Pour l’ensemble de ces raisons, le groupe Nouvelle Gauche a voté contre ce projet de budget 2018 pour l’audiovisuel.


---
Retrouvez ci-dessous les vidéos des deux interventions prononcées à la tribune de l'hémicycle.



Inscription à la newsletter