Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers Mission d'évaluation de l’accès aux droits sociaux La dette des établissements publics de santé

Actualités

Lignes de Grande Vitesse : tribune dans le Trombinoscope.

Crée le 24/11/2017
Occitanie : des Lignes de Grande Vitesse au service de la justice territoriale et de la solidarité nationale.

Dès les origines, le transport ferroviaire a constitué un élément fondateur du développement au service des territoires et de progrès en faveur du quotidien de ses utilisateurs. L’avancée technologique permise par les Lignes à Grande vitesse (LGV) est un progrès indéniable dans le cadre de notre société mondialisée où la libre circulation des marchandises, des capitaux, des idées fait partie des réalités, un progrès où la mobilité de chaque individu s’affirme d’autant plus comme un droit.

Actuellement, 58% des Français se trouvant à plus de 4 heures en train de Paris résident dans la Région Occitanie. Les Lignes à Grande Vitesse traversent la « France des régions » mais s’arrêtent aux portes d’un territoire dénombrant 5 millions de nos concitoyens.

Malgré son attractvité et son dynamisme, Toulouse – 4ème ville de France - patiente depuis bientôt 25 ans pour se voir raccordée par le rail au reste du pays voire de l’Europe. Sans cet aménagement et face à son développement exponentiel, la métropole subit une saturation de ses réseaux routiers et ferroviaires jusqu’à rejaillir sur les départements voisins.

Pourtant, un consensus entre l'Etat et les collectivités a été concrétisé par des engagements financiers importants ‐ 142 millions d’euros déjà investis ‐ pour permettre de raccorder l’Occitanie et en particulier l’agglomération toulousaine aux Lignes à Grande Vitesse. Depuis, le manque de clarté de la part du Gouvernement sur ce dossier ne permet plus de savoir si les prolongations des LGV sont remises en cause, retardées, ou encore à l'ordre du jour.

Dans un souci de solidarité nationale et de continuité des aménagements permis par les LGV, l’Etat se dont de tenir ses engagements. Avec l’ensemble des acteurs concernés, je soutiens la volonté politique portée par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, pour engager la réalisation des deux LGV entre Bordeaux et Toulouse et Montpellier et Perpignan.

La tentation consistant à opposer les lignes à grande vitesse et les réseaux du transport de la vie quotidienne du type TER, qui démontrent qu’elles se complètent, révèle au mieux un malentendu au pire une logique incohérente. L’alliance de ces deux modes de déplacement

Le rail est un enjeu déterminant pour notre région, son attractivité, sa croissance, et aussi son ouverture sur le reste du continent. Il est acquis que ces équipements auront une vocation structurante dans le respect du développement durable pour nos territoires et qu'ils contribueront puissamment à leur développement.

C’est le cas pour un département comme le Gers, qui ne sera pas directement traversé mais pourra bénéficier d’une connexion améliorée avec la capitale, par rapport aux apports économiques induits en matière de tourisme ou d’implantation de nouvelles activités tertiaires par exemple.

Le nouveau cadre de programmation des investissements pour les transports de demain représente une réelle opportunité pour corriger les inégalités entre les territoires et réaffirmer le principe d’égalité des usagers face à la mobilité. L’engagement pour la réalisation de ces deux Lignes à Grande Vitesse entre Bordeaux et Toulouse à l’ouest et Montpellier et Perpignan au sud-est doit être définitivement tenu. A traves la refondation du système ferroviaire français, c’est la logique d’un aménagement du territoire équilibré et harmonieux qui se joue, elle est directement de la responsabilité de l’Etat en lien de confiance avec les opérateurs et srutout les collectivités locales. Il en va des fondements d’égalité de la « nouvelle France des mobilités ».

Gisèle BIEMOURET
Députée Nouvelle Gauche du Gers
Conseillère départementale



Inscription à la newsletter