Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Actualités

Aquarius : question d'actualité posée au Gouvernement.

Crée le 12/06/2018
Séance des questions au Gouvernement - mardi 12 juin 2018.

Nous devons « accueillir des réfugiés, c’est notre devoir et notre honneur ». Emmanuel Macron, Bruxelles, le 23 juin 2017... Mr le Premier Ministre, à l’heure où nous parlons, 629 êtres humains, épuisés et affamés, sont à la dérive en Méditerranée à bord de l’Aquarius.

Ce navire affrété par l’Association SOS Méditerranée, œuvre depuis deux ans pour sauver ce qui restait encore de l’honneur de l’Europe face à la tragédie qui se joue.

Alors que le gouvernement italien et son ministre de l’Intérieur d’extrême-droite ferme aujourd’hui ses portes en criant victoire, alors que l’Europe commence à céder à la montée des populismes face à la détresse des réfugiés, le silence de la France et de votre Gouvernement était devenu assourdissant. C’est tout à l’honneur du Premier ministre espagnol et du Conseil exécutif de Corse d’avoir répondu à leur appel de détresse.

Aujourd’hui, l’Aquarius et sa petite part d’humanité révèle la brutalité de l’action que vous menez depuis un an en matière d’immigration.

Si la France a pris sa part comme le dit votre porte-parole, c’est dans l’indifférence et le cynisme Il va falloir ajuster vos éléments de langage.

On vous parle humanité en face d’êtres humains en détresse totale, vous répondez droit maritime.

On vous dit fraternité, vous répondez, « nous n’avons pas été saisi par les ONG ».
Il est des grandes causes ou les grands pays deviennent encore plus grand par leurs actions.

Les peuples du monde aiment le discours tenu par la France depuis la révolution française et qu’aucun gouvernement n’a souhaité remettre en cause jusqu’à présent.

Pensez-vous qu’aujourd’hui, les naufragés de l’Aquarius sont en train de faire du benchmarking des ports à accoster ? Ce qui arrive aujourd’hui n’est que le premier acte d’une longue série. Aurez-vous une réponse conforme aux valeurs de notre République ?


Inscription à la newsletter