Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Actualités

Réforme des retraites : question au Gouvernement.

Crée le 07/01/2020
Séance des questions au Gouvernement du mardi 07 janvier 2020.

Retrouvez la question prononcée par Gisèle Biémouret :

Monsieur le 1er Ministre,

2 ans de concertation qui se termine en cacophonie, confusion et un mouvement de grève le plus long depuis mai 68. Les ministres et les parlementaires de votre majorité ne rajoutent qu’inquiétude à chaque prise de parole.

Votre gouvernement réussit même l’exploit de plonger les Français dans le doute sur la soutenabilité de notre système de retraite au moment où celui-ci revenait à l’équilibre. Après avoir galvaudé jusqu’ici le dialogue social, vous commencez aujourd’hui des négociations avec les partenaires sociaux et vous redécouvrez les sujets du financement et de la pénibilité. Tout en ayant déjà envoyé au Conseil d’Etat la veille un projet de loi déjà écrit. Drôle de signal.

Vous prétendiez à une retraite universelle ? Vous multipliez le maintien de régimes autonomes en remplaçant les régimes spéciaux par spécifiques et vous sortez les hauts salaires du système contributif en enlevant de fait 3 milliards annuel au pot commun.

Vous faites miroiter une retraite à 1000 euros minimum ? Mais vous ne répondez pas aux interrogations de ceux qui n’auront pas une carrière complète ce qui est la réalité de nombreux français aujourd’hui et encore plus demain, avec votre réforme de l’assurance chômage.

L’unification de notre système de retraite est pourtant nécessaire mais dans la justice sociale ; celle qui prend en compte les carrières hachées, la situation spécifique des femmes, celles des seniors, celles des jeunes qui entrent de plus en plus tard sur le marché du travail.

Toutes vos avancées ne sont financées que par des baisses de pensions ou par l’allongement de la durée de la vie au travail. Etes-vous prêt à renoncer à l’âge pivot ? Etes-vous prêt à introduire les 4 critères de pénibilité prévus par la réforme de 2014 et exclus par votre gouvernement en 2017 ? Etes-vous prêt à accepter un vrai débat parlementaire, pas celui que vous avez décidé avec une procédure accélérée et un renvoi aux ordonnances. Après avoir maltraité le dialogue social, ce serait inacceptable et irresponsable.
Monsieur le 1er Ministre, si tel n’est pas le cas, il serait plus sage de retirer ce texte et de reprendre un dialogue constructif avec tous les partenaires sociaux et le Parlement.



Inscription à la newsletter