Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Presse locale

Blaziert. / Pas de 3e mandat local pour J.-C. Peyrecave.

Crée le 14/01/2014
Depuis ses terres de Blaziert, lors des traditionnels vœux à la population, que Jean-Claude Peyrecave a créé la surprise en faisant état de son choix de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales et de laisser donc aussi son siège au conseil intercommunal. C’est sa première adjointe Marie-José Goze qui sera tête de liste en mars. Après trente ans de mandat local, premier magistrat de Blaziert depuis treize ans, président de la communauté de communes de la Ténarèze (CCT), Jean-Claude Peyrecave a souhaité réserver la primeur de cette décision à ses administrés. Il motive celle-ci par l’application du principe du mandat unique, en l’occurrence celui de conseiller régional.

Dans son allocution, l’élu a remercié la députée, le conseil municipal pour sa disponibilité et son abnégation durant tout son mandat, les maires et délégués de la CCT, les associations, les enseignants de l’école pour leur implication dans la vie du village. Il a terminé sur les trois clés de son mandat : l’amitié, la fidélité à la commune et la protection de la population.

Christian Touhé-Rumeau, président de l’office de tourisme de la Ténarèze, est intervenu à son tour et a conclu : «Merci pour tout ce que tu as fait et pour ton soutien. Sincèrement je regrette ta décision mais je la respecte». Enfin, Gisèle Biémouret, émue, a souligné son plaisir de travailler en collaboration avec Jean-Claude Peyrecave et conclut : «Tu continueras à faire vivre ce territoire en tant que conseiller régional et mon suppléant, je te remercie amicalement. Il y a des choses irréversibles que personne ne pourra défaire. C’est rare de trouver des personnes avec autant d’humanité». Désormais, la succession à la présidence de la CCT semble particulièrement ouverte. Entre Condom, «ville centre» du territoire, qui revendique un rôle de locomotive, et les petites communes qui l’entourent, et craignent d’être réduites au rôle de suiveur, deux visions de la politique intercommunale risquent de s’affronter lors de la prochaine prise de gouvernance.

Publié le 14/01/2014 à 03:52, Mis à jour le 14/01/2014 à 08:09


La Dépêche du Midi



Inscription à la newsletter