Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Presse locale

Panjas : l'hommage aux héros du bataillon de l'Armagnac.

Crée le 08/06/2014
Le Bataillon de l'Armagnac est l'un des fleurons de la Résistance, impulsé par le colonel Parisot qui a été largement honoré hier à Panjas, en présence de sa fille, Marie-Françoise.

Comme chaque année, les résistants du Bataillon de l'Armagnac se sont retrouvés hier à Panjas. En ce 70e anniversaire du Débarquement, l'hommage a revêtu une émotion particulière autour du monument aux morts de ce petit village de l'Armagnac où, le 6 juin 1944, 570 «combattants de l'ombre» ont été ralliés par le capitaine Maurice Parisot pour faire face à l'invasion nazie. Décédé le 6 septembre 1944, deux jours après la libération de Toulouse, Maurice Parisot y a été fait colonel à titre posthume devant ses hommes réunis. Qui, quelque temps après, allaient débarquer sur la rive gauche de la Tremblade (17) sous l'égide du capitaine Monnet alors rebaptisés en régiment Parisot ou 158e RI (régiment d'infanterie).
«Le passé inspire le présent»

Dans son allocution, la députée locale Gisèle Biémouret a salué «l'histoire d'hommes ordinaires qui ont contribué à une histoire extraordinaire.» «Le 6 septembre 1944, le Gers s'est libéré de lui-même», a-t-elle ajouté devant environ 200personnes et un parterre d'élus, de militaires et d'anciens combattants, forcément toujours moins nombreux chaque année. «Même si les silhouettes se voûtent, ou disparaissent, nous vous serons toujours reconnaissants pour le message de paix et de liberté que vous nous avez légué», a ajouté Marie-Claude Mauras, mairesse de Panjas. Et en termes de lègue, s'il y en a bien une qui s'en sent responsable, c'est la fille de Maurice Parisot, Marie-Françoise, venue hier spécialement de Paris. «On se sent forcément redevable face à des gens qui ont donné leur vie pour un idéal qu'il faut préserver, surtout à l'heure actuelle.» Alors la transmission et le devoir de mémoire, elle y travaille avec des historiens pour pallier «les manques» relevés dans certains ouvrages. «Les gens connaissent mal l'histoire de la Résistance dans le Gers, ça m'embête. C'est bien le passé qui inspire le présent.» A 79 ans, Marie-Françoise Parisot a le futur bien en tête. Elle attend impatiemment la numérisation des archives départementales car «ce sera plus simple comme support pour transmettre aux jeunes générations.»

10 ans d'ateliers avec les scolaires
La transmission de la mémoire est la nouvelle bataille du général Lasserre. Il intervient depuis plus de 10 ans auprès de 35 écoles du département, plus localisées dans l'Armagnac. Il y évoque les les deux Guerres mondiales et la Résistance locale. Il s'appuie sur des films d'archives et essaie «de le faire de manière ludique.» Il les sensibilise aux valeurs et à l'histoire de la République.

Publié le 08/06/2014 à 03:50, Mis à jour le 08/06/2014 à 08:08 Géraldine Jammet

Retrouvez l’article sur le site de la Dépêche du Midi : http://www.ladepeche.fr/article/2014/06/08/1896288-panjas-l-hommage-aux-heros-du-bataillon-de-l-arma...



Inscription à la newsletter