Gisèle Biémouret

Députée du Gers

Voeux 2022 - Gisèle Biémouret Bienvenue sur le site de Gisèle Biémouret Une députée à votre écoute et au service du Gers

Actualités

PPL visant à plus de justice et d'autonomie des personnes en situation de handicap.

Crée le 29/09/2021
Notre commission examine à nouveau, cette fois à l’initiative de nos collègues LR, la question de l’autonomie des Personnes en situation de handicap. 

Le 17 juin dernier en séance, le gouvernement rejetait encore une fois la demande de non prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’AAH, persistant dans ce décalage entre un discours et des actes, davantage centrés sur la réduction des dépenses publiques que vers une réelle émancipation.

Et continuer persister dans ce refus serait une erreur politique du gouvernement et de la majorité à double titre.

Tout d’abord par que vous en sous-estimez l’impact, vécu comme une profonde humiliation par nos concitoyens souffrant d’un handicap, qui se trouvent maintenu dans une dépendance de l’autre, dont on sait combien elle est une atteinte à la dignité et peut être préjudiciable dans certains contextes, notamment de violence conjugale.

D’autre part, parce que cette revendication de longue date est devenue un enjeu sociétal et de justice sociale, qui dépasse les clivages traditionnels politiques et rassemble largement dans l’ensemble de la société comme l’a montré la récente mobilisation à l’appel de 22 grandes organisations et associations. 
Et comme en témoigne également le soutien de la Défenseure des Droits, de la Commission nationale consultative des Droits de l'Homme (CNCDH) et jusqu’au Comité des droits des personnes handicapées des Nations unies qui recommande cette déconjugalisation à l'Etat français, dans ses observations finales publiées le 14 septembre.

Le refus de l’individualisation de l’AAH, notamment au motif du coût questionne les fondements de notre solidarité nationale sur la place que nous accordons aux personnes en situation de handicap à vivre dignement et de manière indépendante de leur conjoint.

Malheureusement, je crois que nous resterons aujourd’hui encore au stade du dialogue de sourds si nous en jugeons les amendements de suppression déposés par nos collègues de la majorité et cela est fortement dommage pour un débat qui mérite davantage que des positions dogmatiques sur un quoi qu’il en coûte » à géométrie variable.



Inscription à la newsletter